Alcool et grossesse : quel impact sur le fœtus ?

Alcool et grossesse

Grossesse et alcool

Alcool et grossesse

Puis-je boire de l’alcool pendant la grossesse ? Quels sont les risques ?

Bien qu’il n’existe pas de preuve formelle sur les effets d’une faible consommation d’alcool, il est établi que maternité et abus d’alcool ne vont pas sans inconvénient. Pour autant, selon l’Inserm, plus de 20% des femmes continuent à boire alors qu’elles sont enceintes (Enquête Périnatale 2010).

L’alcool met en danger la grossesse

Tout d’abord, une chose est sûre : quelle que soit la dose d’alcool ingérée, l’alcool traverse le placenta et le fœtus a strictement le même taux d’alcoolémie que sa mère. Sachant que le cerveau et le système nerveux central sont particulièrement sensibles à l’alcool, reste à savoir dans quelle mesure, il est à craindre que l’un et l’autre soient susceptibles de subir des dommages.

Le fœtus en développement ne peut métaboliser l’alcool aussi rapidement que l’adulte, donc selon toute logique, celui-ci est exposé durant plus longtemps que sa mère, aux effets de l’alcool.

Enfin, des facteurs tels que la phase de la grossesse durant laquelle la mère a bu de l’alcool ; la quantité et la fréquence de la consommation d’alcool ; l’état de santé général de la mère ; les ressources auxquelles la mère avait accès sont également à prendre en compte.

Le syndrome d’alcoolisme fœtal (SAF) et les effets de l’alcool sur le fœtus (EAF) sont les formes d’affections liées à la consommation d’alcool les plus graves. Chaque année, l’incidence du SAF se présente dans environ 1 à 3 cas pour chaque 1 000 naissances vivantes. On estime aussi qu’environ 1 000 bébés sont atteints d’effets de l’alcool sur le fœtus (EAF) chaque année.

Que faire si une femme découvre qu’elle est enceinte et qu’elle a bu de l’alcool ?

Il est conseillé aux femmes de s’abstenir de boire dès qu’elles savent qu’elles sont enceintes. Si une femme boit régulièrement et qu’elle ne peut pas s’en empêcher durant la grossesse, il sera utile qu’elle demande une aide médicale ou professionnelle. L’alcool étant officiellement classé comme tératogène connu.

Les enfants atteints du SAF ou des EAF bénéficieront d’une prise en charge particulière, et on sera particulièrement attentif à leur apporter une nutrition appropriée pour favoriser un bon développement. Des médicaments sont également disponibles pour traiter certains problèmes de comportement propre aux personnes atteintes du SAF.

N’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre médecin. Vous pouvez également nous contacter pour en parler de manière anonyme.

Share on FacebookEmail this to someonePrint this pageShare on Google+Share on TumblrTweet about this on TwitterPin on Pinterest