L’IVG comme libération de la femme

l'IVG comme libération de la femme

IVG comme libération de la femmeL’IVG comme libération de la femme

Et pourtant, certaines nous parlent de violence.

Les grand-mères ne disaient-elles pas qu’on ne frappe jamais une femme, même avec une rose ?

Mais nous savons bien que la violence n’est pas que physique. Elle peut être verbale : on sait que des mots peuvent « tuer ». Par ailleurs, le mouvement #MeToo a fait sortir du bois la violence psychologique liée à la violence sexuelle, avec leur lot de pressions en tous genres sur les femmes.

L’IVG comme libération de la femme : le poids de la honte

La psychologie, qui analyse le phénomène des abus de très près, nous apprend que si les violences domestiques sont murées par la honte, et parfois  l’oubli – volontaire ou non – c’est en raison d’une impossibilité de notre conscient à gérer ce qui lui est insupportable. Alors, nous enfouissons, occultons et refoulons. Pendant des années parfois.

Quand l’inconscient affleure au conscient

Lorsqu’enfin, en nous, la parole se libère, nous scrutons, dans l’angoisse, la façon dont notre vis-à-vis va accueillir la confidence. En effet, avant ou après une IVG, si une difficulté à gérer les questions quasi existentielles, ou si un mal-être persiste,  nous cherchons une oreille bienveillante. Un cœur qui écoute. Pour laisser monter la plainte.

Mais si par malheur, le confident ne se montre pas assez à l’écoute, doux et compatissant, on peut ressentir son incompréhension, ou son indifférence, comme une nouvelle violence qui nous est faite.

La douleur interdite

« Tu l’as voulue ton IVG, tu l’as eue.  Alors ne nous embête plus avec ça. C’est dépassé. Arrête d’y penser. » « Il ne fallait pas que j’aie le mauvais goût de dire que j’en souffrais encore au moment où j’aurais dû accoucher. » nous confie une autre jeune femme. Finissant sa phrase par : « Quelle violence, c’est inouï ! » Que fait-on le plus souvent devant une telle incompréhension ? On se referme et « on en prend  » encore pour plusieurs mois ou années de douleur enfouie, de cœur serré, de sensation de ventre vide et réellement de bras vides.

Écoute IVG est un lieu d’écoute bienveillant, gratuit et anonyme, au service des femmes.